https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Edito de L’Authentique : Après le sommet, revenons sur terre

Mauritanie: un sommet de la Ligue arabe en demi-teinteLe Sommet arabe est fini. Ils sont très nombreux les Mauritaniens qui l’ont soutenu, des plus grands laudateurs aux plus acerbes des irréductibles. Certains crient victoire «On a réussi ! ».

Et, forts de cette réussite, ils font remarquer que les pays arabes ont tous marqué de leur présence ce regroupement, arabe. Certes, tous les chefs d’Etat arabes n’étaient pas en place, mais tous, se sont faits représentés, et la Mauritanie est sortie victorieuse de ce rendez-vous international, ne serait-ce que du fait que Nouakchott a été l’espace de quelques heures, la capitale du monde arabe. Ne serait-ce aussi que parce que, l’espace d’une année, la Mauritanie va assurer la présidence de la Ligue arabe. Ainsi, rien ou presque ne sera fait ou décidé cette année dans le concert des nations arabe, sans la Mauritanie.
Et c’est bien ici une victoire, ou plutôt, une revanche. Une revanche contre l’histoire arabe après que la Mauritanie ait eu du mal à se faire accepter comme membre de la grande fratrie. Une revanche contre ces « éternels » pessimistes, notamment certains négro-africains, opposants irréductibles à l’arabité de la Mauritanie. Ou comme certains chauvins, ou qualifiés comme tels, le soutiennent..
Avec la tenue du sommet de la Ligue arabe à Nouakchott, la Mauritanie est désormais arabe, que les réfractaires à cet état de fait le veuillent ou pas. La Mauritanie est définitivement entrée dans le panthéon arabe.
Ainsi, la Mauritanie a eu son sommet, qui a consacré son arabité. Qu’à cela ne tienne. Mais qu’est-ce que cela lui a coûté ? Des sacrifices énormes… Ce qu’elle a gagné (son arabité), vaut-il ce qu’elle a perdu (sa cohésion sociale) ? Parce que quelque part, cette arabité à été forgée sur les cendres de son unité nationale ! En fait, il a fallu, pour réussir le challenge arabe, exhiber la partie arabe de son identité plurielle et sacrifier son pan ouest-africain. En témoigne l’exposition organisée par le ministère de la Culture à l’intention des hôtes, au stade olympique où les trente deux stands mettaient exclusivement en valeur les réalités arabes de notre patrimoine. En témoigne aussi, le choix des griots et autres artistes invités à se produire devant les hôtes qui avaient tous été choisis dans une seule et unique communauté. C’est malheureux. La Mauritanie ne perdait pourtant rien en affichant sa véritable identité, celle d’une nation composée de Blancs et de Noirs, d’arabes et de négro-africains. N’est-ce pas d’ailleurs cette même identité de blancs et de noirs que l’on retrouve dans la majeure partie des pays arabes si ce ne sont dans tous les pays arabes, qui assument et reconnaissent leur spécificité, sans complexe ?
Alors que d’aucuns croyaient que l’opportunité servirait à consacrer la Mauritanie dans sa diversité, finalement, le sommet arabe a surtout servi à creuser le fossé communautaire. La fracture sociale n’a jamais été aussi béante entre les nationalistes arabes qui crient victoire et les communautés noires qui se sont vues exclues et marginalisées, voire rejetées.
Tant que l’affirmation d’une partie de nos communautés se fera sur la négation des autres, tant que les Mauritaniens n’accepteront pas leur diversité et tant qu’ils ne considéreront pas que leur avenir est le même et que leur survie dépend de leur force de cohésion, on aura beau être arabes, on aura beau être ce que l’on voudra, on continuera toujours à trainer les pieds dans le concert des Nations. Nous avons au départ, raté le train du développement parce qu’au départ, nous avons pas été incapables de gérer nos spécifiés. Au lieu de nous rattraper pour nous sauver, nous continuons à penser que c’est dans la division qu’on trouvera notre salut. Si nous n’y prenons garde, nous risquons alors de nous perdre. Alors, après le sommet, retour sur terre.

Cheikh Aïdara

(édition du jeudi 28 juillet 2016)

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire