https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

SOS zone Hôpital Bouammatou

Les graves événements qui viennent de se passer aux alentour de l’hôpital ophtalmologique démontrent de façon éloquente toute l’urgence qu’il y a prendre le recul nécessaire pour évaluer les dynamiques sociales. a l’oeuvre .
En effet ces incidents constituent une première qui mérite s’être analysée et interprétée correctement.
Personnellement j’y décèle un indicateur probant qui dit que le refoulé social et le ressenti vis a vis des inégalités s’approche inexorablement de la ligne de fracture.

Je precise que je ne denonce pas la propriété privée, ce qui équivaudrait à legitimer le désordre et le chaos.

Ce sur lequel je veux attirer l’attention c’est que depuis 1960, nous sommes partis sur une clé de répartition du pouvoir de l’économie et de l’influence qui laissait totalement de côté des franges entières de la population. Celles ci ignorantes, tributaires et pauvres n’exigeaient rien .De la charité et des restes.
Aujourd’hui les choses ont changé. Les consciences ayant évoluées, tout le monde veut sa part du gâteau national.
Ce sont ces dynamiques qui doivent nous inciter sans distinction de milieu ou d’origine à militer pour l’avenement d’une nouvelle équation de partage d’égalité et de solidarité.

Sinon osons le dire ce pays n’a aucun avenir.

Partager, partager, partager voici l’unique bouée de sauvetage que nous devons lancer rapidement si nous voulons sauver nos enfants et nos petits enfant

…………………………………………………………………………………………………………………

Personne ne conteste la propriété et en particulier le droit inaliénable de chacun a recuperer ce qui lui revient. Nous ne sommes pas des anarchistes.Nous vivons dans une société musulmane.
Personne ne doit remettre en cause le rôle vital de l’état en matière de maintien de l’ordre.

Personne ne doit soutenir la violence d’où qu’elle vienne.

Je crois qu’il s’agit là de lapalissades autour desquelles l’unanimité doit être de mise.

Mais ce que je trouve décevant, ce sont ces approches qui isolent et interprètent ce qui s’est passé hier sous l’angle uniquement du droit formel.

Mes freres, vous faites fausse route.

Ces incidents doivent être analysés et compris principalement dans leurs rapports avec l’evolution des mentalités et de la conscience sociale.
Et la le maitre mot n’est pas le droit.

Ce sont les perceptions, le ressenti de l’exclusion au quotidien et surtout le sentiment de revolte par rapport à des différentiations sociales que déterminent dans beaucoup de cas l’histoire, les rapports de force, la corruption, le népotisme et le clientelisme, c’est tout cela que nous devons méditer.
Autrement dit interroger ces dynamiques sous l’angle de l’indicateur qu’ils sont et qui dit que les choses doivent changer.

En en mot regarder ce qui se passe , réfléchir son origine et essayer de prevoir sa trajectoire et en conséquence tirer les leçons.

Sidi Mohamed Ould Khattry

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire