https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

La déclaration du President a la presse Espagnole sera-t-elle considérée par l’opposition comme étant une réponse écrite ?

Les médias de service public (Agence Mauritanienne d’Information, TVM et Radio Mauritanie) ont publié hier une déclaration du président Mohamed Abdel Aziz à des médias espagnols, dans laquelle il a affirmé avec force qu’il n’a, à aucun moment, fait part de son intention de modifier la constitution afin de pouvoir se représenter pour un troisième mandat. Dans cette déclaration datant de quelques jours et publiée dans ces médias quasi officiels hier seulement, le président Abdel Aziz rappelle « qu’il avait juré à deux occasions de respecter la Constitution, soulignant que ces deux serments sont plus importants et plus forts que ce qu’il dira dans l’avenir ou que ce que dit l’opposition. »Diffusée par ces médias à quelques heures de la fin du moratoire pour le Dialogue national, cette déclaration sera-t-elle considérée par l’opposition comme étant une réponse écrite ? Est ce que cette même opposition, dont certains segments ont déjà dit qu’ils ne participeront pas au Dialogue, révisera sa position grâce ou à cause de la publication de cette déclaration par les médias de service public ? Je ne sais mais, en tout cas, le timing de cette publication laisse penser à une relation de cause à effet entre la publication de cette déclaration et celui fixé pour le Dialogue envisagé.
Ces procédés un peu tortueux, sont , il est vrai, la manière par laquelle nos protagonistes, qui se regardent en chiens de faïence, ont l’habitude de communiquer : on lâche de petits bouts de phrases, on fait des allusions, et on parle au vis-à-vis sans vouloir donner l’impression que c’est à lui qu’on s’adresse.
Je crois, moi, que, par contre, nous devons savoir nous parler, directement et sans intermédiaires. A mon avis, il n’y a pas lieu de recourir à des médias espagnols pour diffuser des messages adressés à la classe politique nationale. Comment peut-on réellement engager un dialogue si nous ne pouvons pas nous parler directement ?
Je crois aussi qu’avec cette déclaration présidentielle, les doutes entretenus par les malheureux propos de certains ministres et responsables UPR au sujet du renouvellement du mandat présidentiel, se sont désormais dissipés. Mais je crois tout aussi que les ministres et conseillers du président doivent dorénavant appréhender leur véritable mission et tâcher de ne pas tenir des propos pouvant provoquer d’inutiles levées de boucliers.

Ely Abdellah

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire