https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Master international Gaed : sortie de la première promotion [PhotoReportage]

Master international Gaed : sortie de la première promotion [PhotoReportage]Pour la sortie de la première promotion (2014-2016) du Master international (GAED), une cérémonie de « Graduation » a été organisée à Nouakchott. GAED, « master international sur les impacts des activités extractives », entamé en 2014, est le fruit d’un partenariat entre l’Université des sciences, technologies et médecine de Nouakchott (USTM) et l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis du Sénégal. Cette première promotion a été composée d’étudiants mauritaniens, sénégalais, maliens, Bissau-guinéens, tchadiens et camerounais.

GAED a pour partenaires techniques et financiers le PNUD, la GIZ et l’UICN. Les activités de graduation ont commencé par un atelier portant « gestion des impacts des activités extractives : quelle contribution des partenaires » lundi 30 mai à Nouakchott.

Au nom des partenaires techniques et financiers, Mohamed Lemine Baba, de l’UICN, a rappelé que ce master concrétise l’une des recommandations du « panel scientifique indépendant sur les activités pétrolières et gazières» mis en place en 2007 par les autorités mauritaniennes avec l’appui de l’UICN.

Ce panel a identifié « les principaux risques technologiques, environnementaux et socio-économiques liés a l’exploitation des hydrocarbures et a formulé des recommandations que le gouvernement mauritanien a mis en œuvre avec l’appui de la GIZ, PNUD, UICN et WWF, dans le cadre du programme Biodiversité, Gaz, Pétrole. »

Pour ce programme qui a pour objectif de « favoriser l’implication du secteur privé dans le partenariat avec les institutions publiques et la société civile en vue de renforcer les capacités des acteurs », il s’est avéré nécessaire de « renforcer le marché du travail par des jeunes diplômés.» C’est ainsi qu’a été mis en place le Master GARD en 2014.

Le président de l’USTM de Nouakchott, Ahmed Haouba, le directeur de l’UFR des lettres et sciences humaines de l’UGB, Camara Boubacar (représentant le recteur de l’UGB), les représentants de partenaires, des parlementaires, les étudiants…ont assisté a cet atelier.

Les étudiants de cette première promotion du Master GAED ont exposé les présentations de leurs travaux de fin d’études. Oumar Amadou Tidiane LOM, pour son travail de fin d’étude a répondu la question « une étude d’impact environnementale réduit-elle réellement les risques sociaux environnementaux dans l’offshore mauritaniens ? ». Il a ainsi réalisé une «analyse comparative des EIE des campagnes sismiques sur les blocs B de Kosmos Energy et C18 de Tullow Oil en Mauritanie.

Autre exemple : Coulibaly Ndeye Ndoumbé (Sénégal) a travaillé sur « l’évaluation du système de gestion environnementale de la société sénégalaise des phosphates de Thies : exploitation minière d’allou Kagne. »

L’atelier du 30 mai a enregistré des communications de la direction générale des mine, de Mauritanian Copper Mines (MCM), du programme biodiversité gaz et pétrole, de la direction générale des hydrocarbures, de la société mauritanienne des hydrocarbures et du patrimoine minier et de l’OMVS. La cérémonie de remise des diplômes à la première promotion du master GAED aura lieu mardi 31 mai à l’USTM de Nouakchott.

©Cridem 2016

Avec Cridem, comme si vous y étiez…

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire