https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Un nomade en Chine : Sous la pluie à Sanlintun…

Je suis perplexe en cette journée abondamment pluvieuse.  Ce n’est pourtant pas la mauvaise météo qui me préoccupe tant, ni les passants, très nombreux, qui se bousculent, épaules contre épaules, se donnant souvent des petits coups de coudes involontaires parfois désobligeants sous des parapluies qui, de ce fait, ne cessaient de bouger dans tous les sens, laissant des voies d’eau pénétrer par le côté opposé à leur inclinaison. Par contre, moi, ce défaut d’étanchéité de parapluie ne me pose pas vraiment de souci, pour une raison toute simple : le mien, je l’ai laissé comme à mon nhabitude accroché au mur de la chambre à coucher au dessus de ma table de nuit.Bien que je tiens toujours à l’avoir à portée de main, j’ai du mal à m’accoutumer à la compagnie de cette espèce de petit parachute à manche, sans sangles, que les gens d’ici traînent partout avec eux durant cette période. Je n’ai pas l’habitude non plus de marcher dans une rue aussi noire de monde sous un orage.

Moi, fils du désert habitué aux grands espaces secs et arides, sous peuplés ou peu fréquentés, je ne réalise pas tout à fait le dépaysement que je vis en cet instant à Sanlintun, le quartier le plus chic, le plus moderne et le plus fréquenté de Pékin : connu pour son caractère cosmopolite, et très réputé pour ses nombreux bars, restaurants et boutiques d’enseignes internationales… Il est probablement le plus arrosé également par le ciel depuis une semaine presque.

Mon dépaysement est d’autant plus sensible que j’ai le sentiment que des états d’âme m’interpellent de façon un peu bizarre. Ils me soufflent à l’oreille comme pour m’acculer :

- « Que fais-tu ici avec ton air méditatif ? Chercher à comprendre est abrutissant ».

- « Quoi ! », leur répondis-je dans mon fort intérieur, inconsciemment, à la fois étonné et agacé.

C’est vrai qu’il n’y a rien à comprendre, me ravisai-je aussitôt après, estimant que tout tient à des sensations plus ou moins fortes, ou plus ou moins diffuses : observer, humer, sentir, interroger.

Comme ‘raccourci’, le constat me rassure tout en me rendant confus : je me réfugie dans mes mémoires de lecteur; j’y cherche des réponses, dans les œuvres d’écrivains et d’artistes que j’ai rencontrés. Et là je finis, malgré moi, par me mettre à l’école de ceux que j’ai souvent pris, d’une manière ou d’une autre, pour des idéalistes un peu ‘’cinglés’’, à marcher d’une certaine façon dans leur sillage : je rêve, je doute.

Une question m’effleure l’esprit quand même :

- « Dois-je continuer sur la même voie que ces passionnés souvent un peu ‘’ fous’’, ou plutôt dois-je rebrousser chemin, ‘remettre les pieds sur terre’, voir et vivre la réalité des choses comme elle est, et non comme j’aurais souhaité qu’elle soit ? », me demandai-je.

Une voix silencieuse, émanant du brouillard des brouhahas et ’tohu-bohus’ des foules de passants, de leurs regards assombris par l’eau de pluie qui l’empêche de croiser franchement le mien, lui aussi tout indécis, raisonne en moi, et colle à ma peau complètement mouillée sous mes habits. Elle me répond avec force, sans toutefois émettre le moindre son :

- » As-tu vraiment le choix ? Comme tout le monde, tu feras ton bout de chemin de rêve, de solitude. Accepte-le comme tel. Mais tu peux continuer de te poser des questions ».

Sur le coup, je l’ai écoutée attentivement durant un instant, le temps que les averses cessent.

Aussitôt celles-ci interrompues, mon attention fut ramenée ‘vers la terre’ tout en restant paradoxalement suspendue dans le ciel à mon évasion nuageuse : j’ai hâte de rentrer vite chez moi, de me changer, de faire un bon thé chaud à trois temps, un thé à la mauritanienne, de revoir des amis sur face book, de naviguer et de fuir avec eux ou sans eux, sur le net ou sans le net, de régler des questions d’ordre matériel ou social en suspens … Bref : continuer de caresser mes rêves en les mariant aux aspects concrets de la vie.

- « Quoi de plus naturel ! », m’exclamai-je avec soulagement, sentant  mon monologue arrivé à son terme.

El Boukhary Mohamed Mouemel

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire