https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Une Armée républicaine est une armée forte

Une Armée républicaine est une armée forte  La sortie ces derniers jours d’une nouvelle promotion d’élèves officiers de l’Ecole militaire Interarmes d’Atar (EMIA) – la 31ème depuis la création de l’école en 1976 – est une occasion de revenir un peu sur la nécessité pour nous – journalistes, politiques… – de revoir notre relation à l’Armée.Sortie exsangue de la guerre du Sahara, l’Armée nationale ne s’est pas relevée avant ces dernières années. C’est que les gouvernants l’ont surtout perçue comme une source de menace pour leur pouvoir. Ils ont alors orchestré une opération de sape qui a abouti au résultat que nous avons connu en 2005.

Le 4 juin 2005, un commando du Groupe salafiste de combat et de prédication (GSPC qui deviendra Al Qaeda au Maghreb Islamique, AQMI) attaque la garnison de Lemghayti, quelque part dans le désert mauritanien. C’est un trafiquant de la zone qui donne l’alerte bien après le déroulement des événements. C’est dire que l’unité cantonnée à Lemghayti n’avait même pas la possibilité d’entrer en contact avec son Etat Major. Le pouvoir d’alors réagit très mal.

Aucun éclaircissement ne sera donné sur les conditions de l’attaque. Si bien que l’héroïsme des éléments de l’unité de l’Armée nationale sera passé sous silence. On laissera croire que les soldats mauritaniens avaient été surpris parce qu’ils avaient établi des relations de copinage avec les trafiquants de la région dont les terroristes. En fait, ces soldats avaient peu de moyens et étaient laissés à la merci de ces trafiquants qui avaient de fortes relations à Nouakchott.

La colère du Président de l’époque est si forte qu’il décide d’envoyer une expédition punitive poursuivre les assaillants jusqu’aux confins de la frontière entre le Mali et le Niger. Pour équiper les troupes, il fait appel aux groupes d’affaires : un groupe finance la motorisation, un autre l’armement, un autre la logistique… ce sont donc les privés – les commerçants, les hommes d’affaires… appelez-les comme vous voulez – qui financent l’expédition punitive.

Le millier d’hommes envoyés au désastre reviendra à la faveur du coup d’Etat du 3 août 2005, sans avoir pu accrocher l’ennemi. C’est certainement la goutte qui a fait déborder le vase et qui a finalement amené les plus jeunes des officiers supérieurs à renverser le Président Ould Taya.

Mais la transition qui s’ouvre avec le coup d’Etat est 100% politicienne. Les vrais enjeux pour le pays – apurement des passifs humanitaires, refondation des institutions étatiques, réinvention des vocations premières de l’Etat mauritanien…-, ces enjeux sont occultés par la course au pouvoir et la perspective des élections. La passion fait le reste.

L’Armée est donc oubliée dans les débats restés plus ou moins superficiels. Personne ne pense à lui donner les moyens de sa profonde réforme. Sans doute, le mépris affiché par l’élite traditionnelle qui a toujours vu en l’institution militaire un outil à utiliser dans la conquête et donc dans le maintien du pouvoir. L’équiper, la réorganiser, la restructurer, la moderniser… tout ça n’est pas dans le registre des urgences.

L’arrivée au pouvoir d’un gouvernement civil n’a pas changé les choses. Surtout qu’elle s’est accompagnée d’un déni du danger. L’autorité politique, par la voix du Président et du Premier ministre, a immédiatement nié l’existence d’une menace terroriste. Première conséquence : rien n’est fait pour améliorer l’exercice des forces armées et de sécurité. Au contraire, on revient rapidement à la charge pour essayer de les mettre au pas. Alors qu’elles avaient besoin d’être renforcées.

Les événements se précipitent avec les attaques terroristes de 2007 et 2008. Puis la crise politique ouverte qui mène droit au coup d’Etat du 6 août 2008. En plus des incertitudes sur le plan intérieur, le pays fait face à une guerre larvée menée à partir du Mali voisin par des bandes armées combinant trafics (drogue, cigarettes, armes) et lutte idéologique. Tourine, rapts successifs d’étrangers, attentats, assassinats d’étrangers… C’est la menace pesante qui dicte l’ordre de priorité.

L’Armée connait alors une remise à niveau qui lui permet rapidement de porter le théâtre des opérations sur le territoire ennemi (les caches des groupes armées dans le Sahara malien). L’offensive que mène la Mauritanie pour assurer la sécurité de ses frontières apporte ses fruits. En quelques mois, plusieurs opérations sont menées contre les terroristes dans leurs bases. Toutes leurs tentatives de faire des actions d’éclat en Mauritanie s’écrasent contre le cordon de sécurité mis en place par l’Armée nationale. La stratégie mise en œuvre par la Mauritanie n’a pas le soutien de ses voisins et amis. Ils paieront plus tard cette désinvolture, notamment quand tout le Nord malien sera sous contrôle jihadiste. Ils payent encore aujourd’hui le prix fort de ne pas avoir réagi à temps.

C’est sans doute cette guerre préventive qui a permis au pays de ne pas se laisser entraîner dans le tourbillon qui a suivi et qui a mis à genoux bien des Etats. Il y a lieu pour nous de célébrer notre Armée à toute occasion. Il y a lieu surtout de se dire qu’une Armée qui n’a pas les moyens de remplir ses missions de défense et de préservation de l’unité du pays, ne peut aspirer à être républicaine.

Jusqu’à présent, notre Armée a lorgné du côté du pouvoir seulement quand elle a été abandonnée par les décideurs ou quand elle a été l’objet de leur vindicte : 1978 avec la guerre du Sahara dans les conditions qu’on sait, 1984 avec sa marginalisation au profit de forces extérieures (Polisario notamment), 2005 avec son démantèlement progressif durant les deux décennies qui ont précédé, en 2008 avec la remontée en surface des démons des pouvoirs précédents.

Le pari est heureusement engagé sur la ressource humaine. En plus du lycée militaire, il y a désormais une Ecole supérieure polytechnique, une Ecole de l’aéronautique, une Ecole d’Etat Major, une Académie militaire bientôt. Tout un dispositif qui permet de former une élite capable de comprendre et de faire face aux multiples défis du monde d’aujourd’hui.

«L’Institution militaire est devenue incontestablement un acteur de développement à travers sa participation distinguée au renforcement des capacités des autres départements, notamment la santé, l’éducation, la construction des routes, la réalisation de réseaux d’adduction d’eau et d’assainissement en plus de son intervention dans les domaines humanitaires». Quand un responsable militaire nous dit cela, c’est en pensant au Génie militaire, à l’hôpital militaire, aux écoles… là où effectivement le savoir-faire militaire est mis à contribution pour servir le pays.
Source : Mohamed Fall Oumeir

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire