https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

ART : Khadijétou Mint Ismaïl fait ressurgir la mémoire de notre patrimoine culturel [PhotoReportage]

Khadijétou Mint Ismaïl fait ressurgir la mémoire de notre patrimoine culturel [PhotoReportage]CultuRim – La dernière fois qu’elle a présenté ses œuvres, c’était en juin 2009, lors d’une exposition commune avec un autre artiste, Mansour Kébé. Toute une éternité qui fait qu’on l’avait presque oublié. Mais, la bonne nouvelle est enfin arrivée.

Le Centre Culturel Marocain (CCM) de Nouakchott consacre une exposition à l’artiste Khadijétou Mint Ismaïl, un samouraï contre la disparition de notre patrimoine culturel.

Les parures, le griot en train de jouer, les accessoires du chamelier, le mobilier du nomade, les ustensiles, tout est là pour produire les conditions parfaites d’une expédition aller-retour dans la vie nomade et notre patrimoine culturel. « J’ai beaucoup travaillé pour arriver à ce résultat« , assure-t-elle.

A travers une vingtaine d’œuvres, Khadijétou Mint Ismaïl soumet le visiteur à un véritable retour aux sources. Et, au-delà, elle exprime son refus de voir disparaître tout le cadre naturel de la vie nomade. D’où l’art au service du patrimoine culturel.

Et Khadijétou Mint Ismaïl de rappeler son crédo : « Dans mon travail, je vise toujours à préserver le patrimoine culturel mauritanien. » La raison ?

« Aujourd’hui, si tu demandes à un enfant, c’est quoi ‘Elafia’ (ustensile qui sert à couvrir une calebasse, NDLR), il ne peut pas te le dire« , souligne-t-elle avec beaucoup de gravité. « C’est un travail que je fais, au nom de tous les mauritaniens, conclut-elle. C’est une nécessité d’immortaliser, à travers la peinture, le patrimoine culturel mauritanien. »

Pour sa prochaine exposition, elle promet de concentrer son énergie sur le patrimoine culturel des autres cultures mauritaniennes. En attendant, jusqu’au 16 juin, Khadijétou Mint Ismaïl, une des artistes les plus en vue du pays, expose au Centre Culturel Marocain (CCM) de Nouakchott.

Par Babacar Baye Ndiaye

Avec Cridem, comme si vous y étiez…

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire