https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Evénements de Zouerate en Mai 68 : Le terrible face à face expatriés /autochtones !!! (2)

WP_4. La grève est décidée

En 1968, les quelques avancées acquises en 1965 sont déjà loin. La Miferma a continué à se développer et la ville de grossir. Les besoins des travailleurs nationaux restent les mêmes et s’ils taisaient leurs doléances dans la sobriété ils aspirent toujours à un mieux vivre qui semble s’éloigner. Leurs revendications n’aboutissent que sur des mesures sans rapport avec les problèmes de salaires et logements qui est en fait leur priorité.

Le mercredi 15 mai une grève est déclarée “de manière spontanée“ nous dit-on», mais Jean Audibert ( Directeur  de Miferma) témoignera par la suite dans le livre de Pierre Bonte “ La montagne de fer “, que la grève est lancée à la suite de l’annulation, huit jours plus tôt de la réunion hebdomadaire des délégués et ce pour une raison qui parait des plus futiles. Les délégués n’obtiennent aucune explication sur ce report, mieux, devant leur insistance, un des leurs est menacé de sanction. Dans la foulée, les onze délégués se font réprimander. Ils démissionnent en bloc. Jean Audibert nous livre alors son sentiment et met en cause le petit encadrement Européen qui lui, reporte tout en bloc sur le service du personnel (son témoignage suivra) …. Enfin, tout le monde se défausse et fuit ses responsabilités.

A la même époque Sidi Ould Mouloud, mécanicien aux Services Généraux et qui construit sa baraque dans la « cité BP » voit arriver des jeunes gens qu’il ne connaît pas. Ceux-ci, au nombre de trois, se mettent à sa disposition pour l’aider, il apprend qu’ils viennent d’Atar et de Nouakchott. Comme ils ne connaissent rien à la ville ils questionnent Sidi… Celui-ci apprendra plus tard qu’ils sont des Kadihines (PKM). Finalement ils sont hébergés chez un certain Malek O. M’Barek et invitent Sidi à des réunions où il est question de faire des actions. Un de ces personnages, Mohamed Salem (?) à même été engagé par le chef de carreau de la mine comme secrétaire. Parallèlement, à l’économat, un certain Lavdal O.Abdel Ouedoud parle lui aussi de politique aux travailleurs. Il rédige les revendications et la grève est déclenchée par le syndicat UTM le 14 mai, peut être simplement pour ne pas se faire déborder par des nationalistes nassériens et les Kadihines.

 

5. Première semaine de grève

Le mercredi 15, les bus restent au dépôt, spontanément un grand nombre de travailleurs acquiescent à cet ordre de grève. Cette mobilisation surprend les Européens de part son ampleur et peut être aussi les incitateurs eux mêmes. Dépassant leurs divisions ethniques, les travailleurs « incultes » de la Miferma se lancent dans la première action d’envergure du prolétariat mauritanien. Immédiatement des piquet de grèves sont formés et tentent d’empêcher les travailleurs mauritaniens de rejoindre leur poste de travail en prenant place aux principaux points névralgiques. Pendant ce temps, les Européens sont mobilisés et tentent de faire fonctionner les installations le mieux qu’ils peuvent. Ceci se poursuit tout au long de la semaine et la tension monte progressivement. Des Mauritaniens hostiles à la grève et souhaitant rejoindre leur poste de travail se font tabasser. Des Européens se font caillasser en rentrant de leur poste.

La direction pense que le lundi suivant, il ne restera rien de ce mouvement se basant sur son expérience des années passées ou plusieurs grèves avaient été observées. Toutefois elle réclame aux autorités locales un appui sécuritaire mais les effectifs chargés du maintien de l’ordre sont limités à une dizaine de policiers sans moyen de transport et il est fait appel à la brigade  de gendarmerie de F’derik.

Jean Morvan est à son poste, aux Télécoms, entre la cité et le bidonville, entouré de ces trois opérateurs d’origine noire. Soudain il voit un groupe s’avancer vers les installations. Dans ce groupe y figurent des gendarmes. Il s’entend interpeller et on lui ordonne de quitter son poste. Cherchant du regard le soutien des gendarmes, ceux-ci lui disent la même chose et qu’ils sont là pour le reconduire chez lui, ce qui est fait néanmoins après avoir sécurisé les lieux. Voici Zouérate coupée du monde! Quelques instants après, seul chez lui, Jean Morvan se précipite dans un local discrètement aménagé au sein de son habitation et met en service un poste de transmission de secours. Zouérate n’aura été coupé du monde que quelques minutes. A partir de ce moment, un va et vient incessant se produit entre son domicile et la résidence ou se trouve le directeur délégué Richardson.

La même scène faillit se reproduire à la centrale électrique où les grévistes se rendent mais où ils trouvent les portes closes. A l’intérieur, Simon Wojkowiak et d’autres Européens se relaient par poste de 16 heures pour faire fonctionner les groupes. Ainsi pendant toute cette période de troubles, Zouérate ne fut jamais privée d’électricité. Par la suite, l’armée assura jours et nuits la sécurité de la centrale.

Les grévistes passent à la vitesse supérieure. Maintenant, ce sont les « Toubabs » qu’il faut empêcher d’aller travailler car ceux-ci arrivent à faire fonctionner une partie des installations. L’ordre est donné en ce sens mais les gens, sans consignes bien précises font ce qu’ils veulent. Les actes vont du sabotage de véhicule au caillassage généralisé mais aussi «chaque fois qu’un Européen passe dans le quartier africain, il est pris à partie» précise Sidi Ould Zegued. «L’anarchie est instituée en système» nous précise Ely Salem.

Dans ce cahot, un homme va émerger, le préfet Doudou Fall, mais il est taxé de protéger les « N’çara »(Européens). Il est vilipendé, et doit subir différentes vexations dont celui de voir un bourricot mort, sur lequel a été peint son nom, déposé devant sa porte après avoir été traîné au bout d’une corde dans une hilarité générale. Ce jour là, les habitants du bidonville ont rejoint les grévistes et les femmes agissent aux alentours des écoles en poussant cris et « youyou ». La pression devient trop intense, les mauvais gestes à destination des Européens deviennent récurrents. D’un côté un millier d’Européens compris femmes et enfants, de l’autre des milliers d’individus qui, de jour en jour, grossissent les rangs des manifestants et affichent de plus en plus d’hostilité vis-à-vis des premiers. La situation peut devenir dramatique, aussi il est demandé des renforts. Nous sommes à la fin de la première semaine.

En attendant ces renforts, le préfet réclame des plans, qui eux évidemment se trouvent aux services généraux, il faut y aller. La direction mandate Jean Morvan qui s’est porté volontaire au côté du préfet. L’opération est prévue pour le soir même. Le préfet est un homme courageux. Au lieu de chercher à rejoindre les Services généraux par un chemin détourné, il fait prendre la route habituelle et va affronter de front les manifestants qui bloquent le carrefour sud de la ville (dénommé Canal de Suez). Jean Morvan précise: «La voiture est arrêtée, secouée, les insultes pleuvent sur nous, des gens tapent sur le capot et ma fois, je dois avouer que je ne suis pas bien rassuré, on a dû mettre une heure pour aller aux Service généraux». Néanmoins ce coup d’audace fonctionne à merveille, et les manifestants s’écartent pour laisser passer le véhicule et les deux hommes rejoignent les bureaux et récupèrent les documents. Au retour, Jean Morvan, très inquiet, décide de rentrer en ville en faisant une large boucle.

D’autres véhicules désireux de rentrer en ville cherchent à prendre le même chemin mais des manifestants placés sur le petit mont où se trouve les réservoirs d’eau les aperçoivent et courent au travers des ESA pour leur couper la route. Tout ceci tourne à la confusion et les habitants de ce secteur prennent ce mouvement pour une attaque directe et prennent peur surtout que beaucoup d’hommes sont encore au travail et les femmes sont seules avec les enfants. Les cris fusent, certains tambourinent aux portes, des pierres sont lancées contre les volets. Thierry Arnoud a assisté cette scène et s’en souvient fort bien.

Le premier week-end permit aux Européens de faire le point et de s’organiser. Une évidence, les vivres commenceraient bientôt à manquer, des plans de regroupement par familles furent établis, mais jusque-là, la circulation en direction de l’économat et des écoles est encore possible car l’arrivée de quelques renforts de gendarmes avaient permis de mettre en place une sentinelle tous les cent mètres environs, ce qui pour l’instant suffisait à tenir à distance les Mauritaniens de la cité européenne.

Les renforts sont annoncés dans la nuit. Jean Morvan se souvient qu’il fallut aller baliser le terrain d’aviation afin de permettre l’atterrissage de l’avion. Pour ne pas éveiller les soupçons, au lieu de prendre la route de l’aéroport, les véhicules se frayèrent un passage au travers du bidonville (El Hait, le mur). Ce sont uniquement les veilleuses des véhicules qui restèrent allumées, il se souvient de Cantos (chef sécurité) dirigeant la manœuvre du pilote l’ayant réussie, mais aussi du colonel Viyiah Ould Mayouv et surtout du capitaine Soueidat O. Weiddad (qui sera tué en 1976 à Aïn Ben Tili en combattant le Polisario).

 

 

6. Deuxième semaine

Le lundi 20 est le jour où tout bascule, les manifestants dont le flot a encore grossi (on parle de deux à trois mille personnes) marchent vers la ville. Les soldats en armes, arrivés dans la nuit, forment un vrai cordon tout au long de l’axe principal coupant ainsi la ville en deux et isolant les communautés. Les hommes montés au travail rentrent précipitamment, les services généraux sont évacués en partie. Certains avaient senti le danger et avaient gardé les enfants à la maison, c’est le cas chez les Perichon ou Joseph, le père, emmena sa famille en regroupement chez les Bollon, leurs amis. Chez Arnould, Thierry entend sa mère lui dire «les Mauritaniens sont en grève et en colère, ils sont plus nombreux que nous et ici, c’est pas pareil, ce n’est pas comme en France.»

Hélène Laurans, alors âgée de 15 ans se souvient qu’à l’école Mr Paquet(directeur )  répond à beaucoup de coups de téléphone émanant de mères de famille inquiètes. Il les rassure en leur disant que l’école est un lieu sûr, que les enfants ne craignent rien. Néanmoins il abrège la récréation car certains groupes de manifestants en provenance des « Télécom » semblent vouloir couper au cours pour se rendre en ville. Il regroupe les enfants présents dans la classe de sixième. A midi, ce sont les militaires qui organisent le retour vers la « cité mercurochrome », appellation donnée au quartier en raison de la proximité de l’ancienne polyclinique. Pour d’autres, ce sont les parents qui se chargent eux mêmes du retour. Au niveau de « l’école Sud », Mohamed Ould Tajedine, qui à 11 ans, sent la tension mais ne comprend pas ce que signifie tous ces défilés, dans sa tête, restera surtout l’image du cordon de militaires qui protègent la cité blanche.

La sœur d’Hélène, France, âgée de 21 ans travaille aux services généraux, son père vient la chercher en catastrophe et rentre en ville par la piste. Son futur mari (mais elle ne le sait pas encore à cette époque), Santiago Sanz travaille pour la « SPIE », entreprise sous-traitante de Miferma. Il se trouve à ce moment là sur les lignes électriques le long de la route de F’dérik, Avec son équipe il décide de rentrer mais eux aussi son obligés d’entrer dans la cité par des voies détournées. Ils traversent les ESA et sont témoins, au niveau du Mif’Hôtel de violentes algarades entre les grévistes et les forces de l’ordre. Ils ont peut -être assisté à une action qui nous est rapportée  par Sidi Ould Mouloud; «on a appris qu’au Mif-hôtel, Abdallah Mehdi (maitre d’hotel) et trois autres cuisinaient pour les « Toubabs ». Nous sommes allés les déloger. C’est sous la protection du préfet Doudou Fall et de l’attaché de direction Grosjean, qu’Abdellahi est rentré chez lui.»

Nous avons aussi recueilli le témoignage d’Aline Cianolli: «Pour ma part, j’avais rejoint mon poste  de secrétaire aux Services Généraux où je venais d’être embauchée. Deux heures après quelqu’un nous a demandé de quitter les lieux le plus rapidement possible parce qu’un groupe de grévistes armés montaient vers nous. Il nous fallait rejoindre de toute urgence notre famille. C’était la panique,  j’avais laissé dans la cité ma fille Dominique, chez sa Tata  Christiane CLAUDE. Des  militaires mauritaniens  en jeep m’ont prise en charge et déposée chez  moi.  Nous habitions  provisoirement dans un studio,  construit en bande,  sur une petite place située pas très loin du MIF HOTEL.

Chez nous,  j’espérais  retrouver mon mari et notre fille,  mais la maison était vide et le téléphone coupé. Il me fallait de toute urgence retrouver ma fille…

Au moment de repartir, quelqu’un tambourine très fortement  à la porte arrière du studio en criant » je vous en prie, ouvrez ».  Après un moment d’hésitation, tant la peur me taraudait le corps, j’ai vu entrer un homme  inconnu qui avait un petit accent italien. Il  avait sauté de jardin en jardin pour  aller rejoindre des amis un peu plus loin. Il était essoufflé et comme moi  il était très inquiet. Il m’a confirmé ce que je craignais le plus, il y avait une mini révolte qui n’allait que s’aggraver. Nous avons décidé d’évacuer les lieux et sommes sortis nous protégeant mutuellement en faisant le guet l’un pour l’autre. Enfin, je suis  arrivée  chez  mes  amis, c’était le soulagement, les enfants étaient  là.  Peu   après  les hommes nous ont rejoint et  les  familles se sont reformées.»

A partir de ce jour, l’économat resta fermé mais du côté de la cité mauritanienne, des boutiques sont fermées d’autorité. Les Européens, loin d’être rassurés par ce déploiement de forces, envisagent des solutions de repli, voire de survie. Certains se barricadent. Ayant aperçu les Mauritaniens à proximité des réservoirs d’eau, une folle rumeur enfle, «et si ils empoisonnaient l’eau?» Vite des réserves, on remplit tous les récipients disponibles, y compris des brouettes.

Au soir, vers 20 heures, un fourgon SG1 de la manutention qui revenait de Tazadit tente de forcer le barrage, mal leur en prit, des pierres leurs sont lancées, les vitres sont brisées, ils arrivent néanmoins aux premiers ESA complètement affolés et se réfugient dans les premiers logements, heureux d’avoir pu passer. A la vue de tous ces événements, Yvon Arnoud, qui les a recueilli cherche à s’armer mais ne trouve qu’un manche de pioche. Guy Breda, un voisin, rassure son entourage disant qu’il a ses couteaux de bouchers avec lui. Thierry et sa soeur sont affolés. Plus tard, ils voient arriver à pied Mr Gance terrorisé et essoufflé. Il raconte: «qu’il a du abandonner sa Land-Rover et se sauver en courant, des centaines de poursuivants à ses trousses.» Une demi-heure plus tard, c’est Mr Catinot qui arrive dans les mêmes conditions et relate les mêmes faits.

Le lendemain, les expatriés sont consignés chez eux et un couvre-feu est instauré. Mais les victuailles commencent à manquer. L’armée organise des tournées de distribution. Par ailleurs, le boulanger Pagenaud appelle à l’aide car il n’a plus de main d’oeuvre, son fournil se trouve en pleine ville mauritanienne, vers l’EVB, les frères Bréda (Jacky, Jean et Michel), répondent à son appel, font le pain de nuit et le distribuent dans la journée aux familles, apparemment sans aucun problème. Guy Breda, gérant de l’économat prépare aussi des colis de ravitaillement qui sont distribués le plus discrètement possible avec l’aide de Jacques Rigot et d’Yvon Arnould, créant des dépôts épars tels chez Giraudon où par exemple se ravitaillait la famille Laurans. L’armée participe aussi à ces distributions.

Toutes ses expéditions se faisaient dans une tension éprouvante pour les nerfs. Thierry Arnould nous raconte: «Les femmes n’étaient pas d’accord avec ses expéditions mais ils le firent quand même. C’est la première fois que j’ai pleuré pendant ses événements, mon père et ses copains allaient partir et avec tous les risques que j’avais entendus, c’était trop pour moi.»

 

7. Les Européens préparent leur défense

Comme on l’a vu précédemment, il était interdit de sortir de chez soi. Dans l’après midi, les militaires  ont demandé de se regrouper dans des maisons  à étage.

A suivre…/

Articles précédents : http://adrar-info.net/?p=24999

Les commentaires et pings sont actuellement fermes.

Les commentaires sont ferms.