https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Les Soninkés et la résistance au colonialisme

Les Soninkés et la résistance au colonialismeAhmedou Tajidine - La 3éme édition du Festival International Soninké vient de clôturer ses activités à Nouakchott. Ce festival a été l’occasion des représentants de cette communauté nationale de se rencontrer et de rafraîchir leurs relations internes et avec les soninké du monde. Il a été aussi l’occasion pour les intellectuels intéressés à la culture de cette communauté d’assister à des conférences importantes dont celle de l’ancien ministre et ambassadeur le docteur Mohamed Mahjoub ould Boye. Regrettant de ne pas être en mesure de s’exprimer en soninké, une langue nationale et une des langues de l’Islam, Mr Ould Boye a expliqué son attachement à la culture soninké par les nobles valeurs de patriotisme, de pacifisme, de travail et de persévérance qui caractérisent cette société.

C’est d’ailleurs ce qui explique aussi pour lui le respect unanime dont jouissent les soninkés. Il a ajouté que les Soninkés sont une nation musulmane qui a joué un rôle historique central dans l’expansion de l’Islam et qui a défendu avec bravoure ses valeurs, sa culture et sa patrie.

Dans ce cadre, le conférencier a rappelé les contributions de certaines personnalités historiques soninkés à la gloire de cette communauté, celle de notre pays, de toute l’Afrique de l’Ouest et des musulmans. En effet la résistance anticoloniale des Soninkés du temps de Mamadou Lamine Dramé et bien après lui s’est inspiré de l’héritage de l’Almamyat, d’Elhaj Oumar, de Mohamed Lehbibet même des Almoravides. Cette vision s’explique par une conscience profonde de l’unité des intérêts des habitants de ce pays, exemple de réussite de brassage culturel et d’enrichissement mutuel.

Il a ajouté que, si aucun recensement des oulémas et résistants soninké ne peut être exhaustif, il a eu la chance de découvrir un document unique de l’administration française sur la résistance des soninké. Ecrit en 1908, ce document à base de fiches de renseignement administratives a pu, dans leGuidimakha seul, repertorié 166 soninkés cheikhs de mahadra (école religieuse) suivis de près par le colonisateur méfiant de leurs attitudes et de leur attachement à l’Islam.

Ce document a fait partie d’un livre du conférencier sur la résistance anticoloniale des Soninkés publié à Nouakchott par les éditions 15/21 et récompensé par le prix Chinguetti en 2012. Le conférencier, Monsieur M Mahjoub ould Boye a conclu par lancer un appel à la communauté Soninké pour qu’elle continue à conserver ses valeurs et à jouer son rôle de passerelle entre les différentes communautés des Etats de la région.

Cela est d’autant plus important que la mondialisation lance des défis sans précédant à toutes les nations et à toutes les cultures. Seule donc une culture riche, authentique et séculaire est capable de s’adapter à ces défis et de contribuer par là au combat contre les idées sectaires, raciales et tribalistes qui menacent l’unité de notre pays et de notre peuple.

Mr ould Boye a salué le patriotisme des mauritaniens qui leur a permis de construire leur pays en si peu de temps et à le maintenir à l’abri des crises sociales et économiques qui secouent beaucoup de pays et les a exhorté tous à davantage d’unité pour consolider et développer leur pays, cette chèreMauritanie.

Avec Cridem, comme si vous y étiez…

Cridem.org
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire